• Je me lance!

    Je me lance!
    Voilà aujourd'hui j'ai 31 ans (et quelques poussières) et la souffrance est tellement usante, que dans les moments de découragement, j'ai le sentiment de la vivre depuis toujours.
    Les mots de "vestibulite vulvaire" n'ont été prononcés qu'il y a 2 ans environ.
    Mais les souffrances et les signes avant coureurs remontent à bien plus loin.
    Au début (il y a 8 ou 9 ans) c'était des douleurs de temps en temps lors des rapports... une sensation pas très agréable de brûlure qui s'estompait assez rapidement après les rapports.

    Par la suite les choses ont lentement augmentées. Il y a 6 ans et demi, j'ai commencé par me rendre compte que j'étais allergique au latex et que par conséquent les rapports avec des préservatifs classiques étaient très douloureux.

    A cette époque là, j'allais à la piscine 2 fois par semaine et lorsque j'allais chez le ou la gynécologue on me disait "Je ne vois pas de mycose vraiment déclarée mais comme vous avez la peau très fine et que vous allez à la piscine c'est surement une mycose"!
    Et hop : crème, gel intime désinfectant, crème anti mycose et ovule, anti bio... etc...

    Puis il y a 4 ans et demi j'ai rencontré un homme qui vivait très mal sa sexualité. Il l'avait entièrement basée sur les films pornos et était très complexé par la taille de son sexe. Là, j'ai eu des douleurs très importantes pendant les rapports.

    Evidemment, les gynécos que nous avons consultés ensemble ont dit que c'était dans la tête de monsieur.
    Toujours est il que j'avais de plus en plus mal et que les traitements genre : lait de "Pévaryl" pour les 2 partenaires ne me soulageaient pas et asséchaient sa verge.
    Cette relation a pris fin rapidement au bout d'un an.



    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :